Le comité de prévention, de postvention et de sensibilisation en matière de suicide

Nom du réseau/de la coalition : Comité de prévention, de postvention et de sensibilisation en matière de suicide de Windsor-Essex (Windsor-Essex Suicide Prevention, Postvention and Awareness Committee)

Interlocutrice principale : Dre Janet Orchard

Communautés faisant partie du réseau : Comté de Windsor-Essex

Nombre d’organismes participant au réseau : 11

Secteurs intervenant dans le réseau : Santé mentale des adolescents, santé mentale des adultes, éducation, bien-être de l’enfance, services de soutien de la communauté GLBTT, santé

Adresse du site Web : On peut trouver des renseignements sur le comité de prévention, de postvention et de sensibilisation en matière de suicide de Windsor-Essex sur le site Web de Maryvale : www.maryvale.ca.

 

Comment votre réseau a-t-il débuté?

Le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse a accordé une subvention au comté de Windsor-Essex en 2013-2014. Un petit comité d’organismes et de conseils scolaires intéressés à la question s’est formé afin de définir un plan au nom de la collectivité.

 

Quels sont les objectifs du réseau?

En 2014, le comité a poursuivi trois objectifs principaux :

a) Effectuer une analyse de l’environnement de la collectivité du comté de Windsor-Essex en précisant :

  • le niveau de besoin (que nous estimons élevé);
  • les activités de prévention actuelles;
  • les services et les chemins d’accès actuels à ces services;
  • les lacunes dans la prévention et les interventions en situation de crise et dans les services de  suivi.

b) Améliorer la collaboration

  • Améliorations proposées des chemins d’accès vers les ressources existantes et des interventions concertées en collaboration avec ces ressources :
  • proposer des nouveaux services et chemins d’accès;
  • effectuer une analyse de l’environnement, élaborer des propositions concernant les chemins d’accès vers les interventions et les services nécessaires dans le futur.

c) Renforcer les capacités professionnelles et les connaissances

 

Quelles sont les principales activités mises en jeu dans le réseau?

Liste d’activités entreprises et réalisées par le comité de prévention, de postvention et de sensibilisation en matière de suicide de Windsor-Essex en 2014 :

  • Effectuer une analyse de l’environnement afin d’examiner les services et les sources de soutien actuels du comté de Windsor-Essex et la volonté de la population à participer à une initiative collective de prévention du suicide, incluant les étapes et les stratégies qui suivront.
  • Recenser d’autres partenaires communautaires intéressés à participer.
  • Concevoir et distribuer 200 affiches murales recto verso et plastifiées portant le titre Youth: Suicide Assessment and Community Referral (évaluation de la situation du suicide chez les jeunes et aiguillage vers les services communautaires) énumérant les services d’intervention urgents et non urgents en cas de crise offerts aux jeunes de 18 ans et moins.
  • Concevoir 2 800 cartes-portefeuille plastifiées à double face énumérant les fournisseurs de soins primaires, et les distribuer aux familles, aux jeunes et à d’autres fournisseurs de soins.
  • Établir une structure communautaire (un comité) à même un groupe de parties prenantes clés afin d’assurer le partage continu des ressources et des connaissances à l’égard de la prévention du suicide.
  • Renforcer la volonté commune d’engagement au sein des secteurs.
  • Décerner à 40 personnes une attestation de réussite de la Formation appliquée en techniques d’intervention face au suicide (ASIST), dont 25 sont des travailleurs de première ligne auprès des jeunes et des adolescents dans le conseil scolaire de district du comté de Greater Essex.
  • Décerner à 60 personnes une attestation de réussite du programme de prévention du suicide safeTALK.
  • Tenir une conférence sur le cerveau suicidaire par le Dr Turecki où six praticiens étaient présents.

En 2015, le comité poursuit son objectif de prévention du suicide chez les jeunes et de sensibilisation à ce sujet auprès de la communauté. Le comité poursuit aussi ses efforts pour renforcer le niveau de collaboration en encourageant la participation accrue de parties prenantes clés. En outre, des mesures sont actuellement prises pour accroître et maintenir les capacités professionnelles et les connaissances. Voici quelques-unes des activités prévues :

  • Former au moins dix nouveaux formateurs professionnels au programme safeTALK.
  • Former des élèves du secondaire à safeTALK au sein de chacun des quatre conseils scolaires désireux de mettre en œuvre le programme, et mettre sur pied des services de suivi pour ces jeunes.
  • Mettre à jour une affiche indiquant les ressources disponibles selon le niveau de sévérité de la situation et la distribuer aux médecins, aux professionnels et au personnel scolaire.
  • Élaborer une application mobile sur les indicateurs et les ressources.
  • Poursuivre les consultations auprès de la police, du conseil multiculturel, des directeurs de salon funéraire et des médias.
  • Réaliser la communication, la coordination et la documentation des activités ci-dessus.

 

Quels sont les facteurs de succès qui permettent d’aider votre réseau à obtenir les résultats désirés?

  • Les secteurs partagent un vif intérêt à l’égard de la prévention du suicide chez les jeunes dans le comté de Windsor-Essex.
  • À bien des égards, nous collaborons déjà dans le cadre de protocoles établis, ce qui nous permet de mettre à profit certaines initiatives entraînant un impact accru et mieux coordonné.
  • De nombreux services de la collectivité ont établi des partenariats qui facilitent la collaboration vers l’atteinte d’objectifs communs.

 

Votre initiative, coalition ou réseau a-t-il fait face à des défis importants? Que sont‑ils et quelles mesures avez-vous prises (ou prenez-vous actuellement) pour les surmonter?

Nos ressources actuelles sont limitées. Notre collectivité travaille ferme pour utiliser au mieux les fonds alloués par le Ministère. Ces fonds visent à concrétiser le souhait de notre collectivité d’une meilleure protection de sa jeunesse.

 

Avez-vous des conseils à donner à d’autres communautés se mobilisant autour de la prévention du suicide, de la gestion des risques et de la postvention chez les jeunes?

Dans la mesure du possible, tirer parti des initiatives et des partenariats existants.

 

Avez-vous évalué les efforts de votre groupe?

Le comité continuera à suivre de près ses activités et en tenir un registre, et si possible, à mesurer la portée de chacune d’elle. Par exemple, les questionnaires antérieurs et postérieurs à la tenue d’une formation safeTalk nous permettront de mesurer son influence sur les participants. Le comité espère aussi pouvoir suivre le niveau d’accès à l’application Be Safe au fil du temps. 

L’un des outils qui a reçu un accueil très favorable est l’affiche murale Youth Suicide Assessment and Community Referral qui est l’adaptation d’une affiche semblable créée par le Waterloo Region Suicide Prevention Council.