Le Réseau communautaire de prévention du suicide

Nom du réseau/de la coalition : Réseau communautaire de prévention du suicide d’Ottawa

Interlocutrice principale :

Andrea Poncia,  coordonnatrice
aponcia@ysb.on.ca
613-729-0577 poste 1252

Communautés faisant partie du réseau : Ottawa et ses environs

Nombre d’organismes participant au réseau : 55

Secteurs intervenant dans le réseau : Santé, santé mentale, enseignement, bien-être de l’enfance, police, justice pour la jeunesse, médias, autochtones

Adresse du site Web : https://www.cspn-rcps.com/

Twitter : @OttPrevention

 

Comment votre reseau a-t-il débuté?

Le Réseau a été lancé en 2011 pour contribuer à prévenir les taux élevés de suicide dans notre communauté en mobilisant des partenaires au niveau systémique. Nous avons débuté avec environ 30 organismes et personnes des secteurs de l’éducation, de la santé, de la justice pour les jeunes, de la police, de la protection de l’enfance et des services sociaux, sans compter les parents, les jeunes et les médias. Le Réseau a été mis sur pied à la suite de deux suicides qui ont personnellement touché deux familles éminentes d’Ottawa. Ces décès ont été largement couverts par les médias et ont attiré l’attention sur le problème du suicide chez les jeunes. La voix du public s’est alors élevée en faveur d’une lutte plus intensive contre le suicide des jeunes dans notre communauté.

Le Réseau s’appuie sur le travail de la Coalition d’Ottawa pour la prévention du suicide qui a commencé dans les années 1990. La Coalition élabore et diffuse des ressources éducatives et coordonne la prestation de formation appliquée en techniques d’intervention contre le suicide et de formation safeTALK partout dans la ville. Son travail, qui porte sur les personnes de tous les âges, a contribué à établir la fondation du Réseau communautaire de prévention du suicide d’Ottawa. Nous poursuivons notre partenariat avec la Coalition dans notre lutte pour prévenir le suicide chez les jeunes.

Notre première initiative a été la tenue d’un sommet sur le suicide chez les jeunes à Ottawa, intitulé « Call to Action Day ». Cet événement communautaire a réuni à Ottawa des organismes et des citoyens intéressés en vue d’établir les priorités et de discuter de comment coopérer pour prévenir le suicide chez les jeunes. Nous avons utilisé les commentaires émis lors de ce sommet pour orienter notre travail et nos activités. 

 

Quels sont les objectifs du réseau?

  • Accroître les connaissances et la sensibilisation en ce qui concerne les questions relatives au suicide
  • Travailler en collaboration pour prévenir le suicide à Ottaw
  • Renforcer les activités locales en insistant sur la coordination et une meilleure utilisation des  ressources, des services et des capacités organisationnelles déjà en place
  • Travailler en collaboration pour prendre des mesures efficaces et en temps opportun à l'égard du suicide
  • Mobiliser la communauté et renforcer les capacités de lutte contre le suicide

 

Quelles sont les principales activités mises en jeu dans le réseau?

Depuis sa création en 2010, le Réseau s’efforce d’établir une « communauté prémunie contre le suicide ». En tant que membres du Réseau, les organismes individuels ont constitué une base donnant lieu à un plan d’action tout à fait adapté aux besoins de leur communauté. Les initiatives bénéficient des connaissances mises en commun dans le groupe, les organismes individuels sont mieux informés des pratiques exemplaires et des divers points de vue de la communauté et, pour finir, les événements ont une plus grande portée et rejoignent des réseaux élargis de personnes et de communautés. Les activités et mesures mises en œuvre par le Réseau communautaire de prévention du suicide d’Ottawa sont les suivantes :

  • Élaboration d’un plan d’action triennal et recrutement d’une coordonnatrice à temps plein pour aider la communauté à prendre des mesures concrètes pour prévenir le suicide à Ottawa.
  • Consultation des familles et des jeunes d’Ottawa pour connaître les besoins et les problèmes des personnes ayant une expérience vécue. 
  • Réalisation d’une enquête auprès des membres du Réseau pour savoir ce qui est fait en matière de prévention, d’intervention et de postvention liées au suicide, et pour avoir un aperçu des recherches effectuées dans leur secteur en vue de favoriser une intégration ainsi qu’une collaboration accrues.
  • Organisation du tout premier sommet de prévention du suicide des jeunes à Ottawa en février 2012, un événement qui a rassemblé des fournisseurs de services de santé mentale et des soins d’urgence aux enfants et aux adolescents, aux parents et aux groupes communautaires, aux commissions scolaires et aux représentants de la jeunesse.
  • Production d’un miniguide intitulé Savoir quoi faire — un guide de poche bilingue et gratuit portant essentiellement sur des conseils pour venir en aide à une personne en état de crise ou qui a des pensées suicidaires
  • mise en place d’un service téléphonique dénommé Parents : Lignes de secours (dirigé par l’organisme Parents : Lignes de secours de l’est de l’Ontario (PLEO)), assuré par un effectif de navigateurs pour les familles qui aident ces dernières à s’orienter dans le système de santé mentale pour les jeunes et offrent des consultations aux personnes qui ne savent pas où trouver de l’aide.
  • Mise en œuvre d’un programme de formation des gardiens, pour lequel le Réseau a obtenu un financement de trois ans en 2013. Le programme tire parti de partenariats entre les organismes communautaires de santé mentale et les écoles, tout en renforçant des programmes de promotion de la santé mentale et de prévention du suicide en faisant intervenir des jeunes dans la prestation de programmes pour d’autres jeunes.
  • Élaboration d’un modèle logique et activités menées pour évaluer la réussite du Réseau.

 

Quels sont les facteurs de succès qui permettent d’aider votre reseau à obtenir les résultats désirés?

Un important facteur de succès est l’engagement de multiples personnes et organismes, issus de plusieurs secteurs, qui travaillent ensemble pour prévenir le suicide chez les jeunes. Nos nombreux champions de la santé mentale des jeunes comprennent des dirigeants d’organismes, des employés de première ligne et des personnes ayant une expérience vécue. Chaque champion apporte ses propres compétences, son expérience et son expertise à nos initiatives.

Un autre facteur est l’investissement financier conjoint de plusieurs organismes locaux et du gouvernement provincial. Ce financement nous a servi à embaucher un coordonnateur pour soutenir le Réseau. Le fait d’avoir quelqu’un qui est chargé de faire avancer le plan et qui peut faire le nécessaire pour orchestrer nos initiatives s’est avéré indispensable à notre succès.

 

Votre reseau a-t-il fait face à des défis importants?

La plupart des organismes du Réseau connaissent de nouvelles pressions et une demande élevée de services, dans un contexte où les familles composent avec des difficultés de plus en plus complexes pour aider leurs enfants à atteindre leurs déterminants sociaux de la santé. C’est pour répondre plus efficacement à ces besoins que nous collaborons. Nous tissons des relations entre les organismes pour promouvoir le partage d’expertise et de renseignements sur ce que fait chaque membre du Réseau, et ce, afin de rendre les services plus accessibles. Ces approches favorisent une prestation plus uniforme des services.

 

Avez-vous des conseils à donner à d’autres communautés se mobilisant autour de la prévention du suicide, de la gestion des risques et de la postvention chez les jeunes?

Faites collaborer tous les secteurs et adjoignez-vous des personnes avec des expériences vécues.

 

Avez-vous évalué les efforts de votre groupe?

Le Réseau a élaboré un modèle logique pour aider à guider et à concentrer nos énergies, et à travailler pour prévenir le suicide. Élaboré grâce à Research Action Area, qui fait partie du Réseau, ce modèle logique met en évidence nos objectifs globaux et un but vers lequel aspirer dans le cadre de nos efforts. Il nous présente les activités qui peuvent nous aider à atteindre nos résultats escomptés. Depuis son élaboration, nous avons utilisé le modèle logique pour la planification et l’administration de l’enquête collaborative Wilder qui vise à évaluer nos résultats en matière de collaboration. Nous avons également évalué la mise en œuvre du programme Sources of Strength, avec la création de groupes de discussion composés d’enseignants et d’administrateurs.

Ajouter aux activités du réseau :

  • Collaboration avec les conseils scolaires locaux pour mettre en œuvre le programme Sources of Strength, un programme de bien-être complet qui s’appuie sur les points forts de ses participants. Ce programme :
    • favorise la connectivité, l’attachement à l’école, les partenariats entre pairs et adultes, et les comportements d’appel à l’aide;
    • se concentre sur la prévention du suicide, mais influence d’autres questions comme la toxicomanie et la violence;
    • fait appel à des équipes de pairs leaders, encadrés par des conseillers adultes pour changer les normes sociales entre pairs relativement à l’appel à l’aide;
    • Encourage les élèves à s’évaluer individuellement et à développer les forces dans leur vie.

Grâce à ce programme d’encouragement par des pairs, les conseillers adultes soutiennent les pairs leaders dans le but de faciliter les activités ciblant un groupe diversifié de pairs pour diffuser un large éventail de messages d’espoir, d’entraide et de force.

Au mois de juin 2015, huit écoles proposaient le programme à Ottawa. Découvrez cette vidéo qui présente l’équipe de pairs leaders à l’action ou rendez-vous sur le site Web de Sources of Strength.