La mobilisation des jeunes

Qu’est-ce que la mobilisation des jeunes?

La mobilisation des jeunes est une approche des soins en santé mentale qui englobe toute la collectivité. Il s’agit d’un processus dynamique et continu qui incorpore la voix des jeunes à tous les niveaux. Il permet de prioriser les pratiques qui offrent aux jeunes l’occasion d’établir des relations constructives, d’acquérir des compétences, de travailler sur des enjeux qui leur sont importants et de contribuer au changement social.

La mobilisation des jeunes s’inscrit dans un continuum. Il existe donc toujours une marge de manœuvre permettant de se diriger vers des niveaux de mobilisation plus authentiques. En progressant dans cette voie, les rôles des jeunes évoluent vers des niveaux décisionnels et de leadership plus élevés. Il convient de faire la distinction entre les activités défavorables à la mobilisation, c’est-à-dire, celles qui considèrent les jeunes comme des bénéficiaires passifs de services, et les activités favorables à la mobilisation, qui, quant à elles, considèrent les jeunes comme des partenaires à part entière dans l’initiative en question.  Lorsque vous envisagez des initiatives de mobilisation des jeunes pour votre coalition, réfléchissez aux questions suivantes :

  • Quel niveau de mobilisation est approprié?
  • Quel est le meilleur moyen de faciliter cette mobilisation?
  • Quelles stratégies pouvez-vous mettre en œuvre pour accroître la participation?

Pourquoi est-il important de mobiliser les jeunes?

La mobilisation des jeunes est liée aux résultats positifs pour les jeunes, les adultes, les organismes et les collectivités. Faire participer les jeunes dans l’initiative de prévention du suicide dans votre collectivité comporte de nombreux avantages :

  • La mobilisation des jeunes agit comme un facteur de protection contre l’idéation suicidaire 1 et le risque de suicide.2 Elle offre aux jeunes l’occasion d’acquérir d’importantes compétences en matière de prise de décisions et de résolution de problèmes; d’établir des relations enrichissantes et d’accroître leur estime de soi, tous des facteurs de protection contre l’idéation suicidaire.3
  • La mobilisation des jeunes améliore la santé mentale en favorisant l’acquisition de compétences de vie.4 Par exemple, les jeunes qui participent à des activités parascolaires présentent des taux moins élevés d’humeur dépressive 5 et la participation véritable des jeunes dans le traitement des problèmes de santé mentale les aide à développer des mécanismes compensatoires clés, comme l’autocontrôle et l’adaptation efficace, ainsi qu’à comprendre le rôle que jouent les facteurs personnels dans le rétablissement 6,3
  • La mobilisation des jeunes renforce la résilience en misant sur les forces de la jeunesse, y compris l’énergie, l’enthousiasme et la créativité. Les études démontrent que la participation des jeunes à des activités régulières et enrichissantes peut accroître leur volonté de vivre lorsqu’ils font face à des facteurs de risque. 7,8,9,7,3,10,8
  • La mobilisation des jeunes favorise l’acquisition de compétences de vie, y compris une plus grande estime de soi et une meilleure confiance en soi 11, de meilleures compétences en leadership11, un sens accru des responsabilités,12 la réduction de l’isolement social et l’élargissement des réseaux sociaux 13,2, la réduction du comportement délinquant et à risque 14, la diminution de l’usage de drogues et du tabagisme, 15,16 l’amélioration du rendement scolaire et la réduction du taux de décrochage. 13,17
  • La mobilisation des jeunes permet de rallier les jeunes qui participent à l’initiative de prévention du suicide parce qu’ils contribuent directement à sa conception et à son fonctionnement. Les jeunes sont ainsi responsabilisés, ce qui leur permet de faire une différence 18 tout en contribuant à bâtir des collectivités qui sont mieux à même de soutenir les jeunes et les familles qui y vivent. 18
  • Pour en savoir davantage sur les avantages de la mobilisation des jeunes, consultez la trousse d’outils du Centre sur la mobilisation des jeunes.

Quels sont les principes directeurs de la mobilisation des jeunes?

La mobilisation des jeunes est ancrée dans un ensemble de principes directeurs qui définissent comment il est possible de travailler avec les jeunes afin que leur mobilisation soit authentique et pertinente. En se fondant sur des données probantes et sur leurs propres expériences de mobilisation, les conseillers jeunesse du Centre d’excellence de l’Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le « Centre ») ont établi les sept principes directeurs de la mobilisation des jeunes qui suivent :

  • Considérer les jeunes comme des atouts pour la collectivité
  • S’engager dans un leadership participatif
  • Cultiver des relations authentiques
  • Rechercher l’équité en matière de santé
  • Adopter une approche qui englobe toute la collectivité
  • Joindre les jeunes où ils se trouvent
  • Placer la sécurité avant tout

Comment votre collectivité peut-elle mobiliser véritablement les jeunes?

Maintenant que vous comprenez mieux ce que signifie la mobilisation des jeunes, quels en sont les avantages et les principes directeurs qui la sous-tendent, comment pouvez-vous vous assurer d’être sur la bonne voie et de le faire du mieux possible?

Avant de passer à l’action et de commencer à mobiliser des jeunes, vous devez évaluer votre état de préparation..

Vous devez comprendre la capacité actuelle de votre coalition à mobiliser des jeunes. L’outil Évaluation de votre état de préparation (à venir) peut vous aider. Après avoir rempli le questionnaire d’évaluation, vous aurez un aperçu de votre état de préparation. Cela vous aidera à déterminer où vous voulez en arriver et à créer un plan conjoint de transformation avec les jeunes. Cet outil peut vous aider aussi à suivre les progrès de votre coalition à mesure que vous mettrez en œuvre des stratégies de mobilisation des jeunes et que vous déterminerez les domaines dans lesquels bâtir et croître.

Incorporer la mobilisation des jeunes à votre culture.

La mobilisation des jeunes ne se limite pas à l’introduction d’un programme ou d’un groupe unique. Il n’existe pas de liste de vérification simple et rapide de la mobilisation des jeunes; il s’agit d’un processus dynamique et continu. La mobilisation des jeunes doit devenir une partie intégrante de toutes vos activités, ce qui signifie intégrer les idées et les points de vue des jeunes à de multiples niveaux. Il est tout aussi important de vous assurer de tendre la main à tous les jeunes, y compris les jeunes marginalisés et ceux qui vivent déjà un certain isolement social, y compris les jeunes LGBTQ, les jeunes handicapés, les jeunes ruraux, racialisés ou nouveaux arrivants, ainsi que les jeunes des Premières Nations, les Inuits et les Métis. Ces groupes auront ainsi plus de chance de profiter des initiatives que vous concevez avec eux et pour eux.

Considérez les possibilités de faire participer les jeunes à votre initiative.

Il existe des possibilités (débouchés) d’intégrer la mobilisation des jeunes à toutes les initiatives de prévention du suicide chez les jeunes et à tous les niveaux du processus décisionnel de votre organisme, de votre réseau ou de votre coalition. Dans le contexte de la santé mentale des enfants et des adolescents, les débouchés pour la mobilisation des jeunes se classent généralement dans l’une des vastes catégories suivantes : le traitement, la défense des droits et l’éducation, la recherche et l’évaluation et la gouvernance et les politiques.

Dans le contexte des plans et des initiatives de prévention du suicide chez les jeunes, nous constatons que les coalitions se concentrent surtout sur la mobilisation des jeunes dans les catégories suivantes : la défense des droits et l’éducation, la recherche et l’évaluation ainsi que la gouvernance et les politiques. La mobilisation des jeunes dans le traitement se pratique au niveau clinique au sein des organismes; il se peut que cette catégorie ne s’applique pas dans le cadre de vos activités de prévention du suicide au niveau de la collectivité. Pour de plus amples renseignements sur la mobilisation des jeunes dans le contexte du traitement, consultez la trousse d’outils sur la mobilisation des jeunes du Centre.

Dans le contexte de la santé mentale des enfants et des adolescents, ainsi que de la prévention du suicide et de la promotion de la vie chez les jeunes, la défense des droits et l’éducation offrent aux jeunes l’occasion d’exprimer leurs points de vue dans le but de changer les politiques et de susciter des changements systémiques. La défense des droits des jeunes englobe le recours à l’éducation, à la communication, à des compétences de leadership et à des données probantes afin de faire valoir de façon convaincante le besoin de changement. 19 Les jeunes sont des experts de leur propre expérience et ils apportent de précieuses réflexions sur les enjeux qui leur tiennent à cœur, comme le suicide chez les jeunes. Ces épreuves peuvent avoir éveillé chez eux le désir de se faire entendre, d’accroître la sensibilisation et d’aider d’autres personnes qui font face à des défis similaires. Les jeunes peuvent être de puissants porte-parole, susceptibles d’influencer des changements dans les systèmes politiques, économiques et sociaux 20.

Quels sont les indicateurs de réussite de la mobilisation des jeunes dans les activités de défense des droits et d’éducation?

  • Les jeunes sont mobilisés dans leur collectivité et ils participent plus précisément à la prévention du suicide chez les jeunes, notamment à la création conjointe de plans d’action en la matière visant à influencer les décideurs et à susciter un changement au sein des systèmes.
  • Les jeunes sont appuyés afin de partager en toute sécurité leurs histoires ou leurs expériences en matière de santé mentale dans le but d’accroître la sensibilisation et de promouvoir le changement social.
  • Les jeunes ont une voix pour influencer les initiatives de prévention du suicide chez les jeunes dans leur collectivité.

Pour en savoir davantage sur les façons pratiques de mobiliser les jeunes dans chacune des catégories, consultez la trousse d’outils sur la mobilisation des jeunes du Centre.

La co-évaluation et les recherches menées conjointement avec les jeunes renforcent le processus de recherche, améliorant ainsi la pertinence, le sentiment d’appartenance et l’action collective. Les jeunes peuvent jouer des rôles importants en tant que co-évaluateurs et co-chercheurs. S’ils sont soutenus dans l’acquisition des compétences nécessaires à une participation proactive, les jeunes peuvent renforcer le processus de recherche, en améliorant ainsi la pertinence, de même que leur sentiment d’appartenance et l’action collective.

Quels sont les indicateurs de réussite de la mobilisation des jeunes dans la recherche et l’évaluation?

  • Les jeunes participent en tant que co-évaluateurs afin de déterminer dans quelle mesure les initiatives de prévention du suicide chez les jeunes appliquent les ressources, atteignent leurs objectifs et influencent les publics cibles.
  • Les jeunes sont engagés en tant que co-chercheurs afin de cerner et de définir les enjeux et les questions, de recueillir et d’analyser les données, et de prendre des mesures sociales.

Pour en savoir davantage sur les façons pratiques de mobiliser les jeunes dans chacune des catégories, consultez la trousse d’outils sur la mobilisation des jeunes du Centre.

Les jeunes peuvent jouer un rôle important dans la gouvernance des organismes, y compris dans la prise de décisions, l’élaboration conjointe de politiques et de procédures, et ils peuvent influencer les enjeux qui touchent leur vie. 21 En ce qui concernent les coalitions sur la prévention du suicide chez les jeunes, la mobilisation des jeunes dans la gouvernance est l’occasion d’obtenir une rétroaction directe et des aperçus sur l’efficacité de l’initiative de prévention du suicide chez les jeunes et du plan d’action stratégique, de renforcer les liens entre les organisme concernés et la collectivité 22, et de perfectionner les compétences en leadership des jeunes. 12, 21 Pour que cela réussisse, les adultes devront reconnaître les atouts que les jeunes représentent et partager leur pouvoir décisionnel avec eux.

Quels sont les indicateurs de réussite de la mobilisation des jeunes dans la gouvernance et les politiques?

  • Les jeunes sont représentés de façon équitable dans les structures de gouvernance (conseil d’administration ou structures parallèles).
  • Les jeunes sont mobilisés dans la co-création et dans la mise en œuvre des politiques et des procédures.

Pour en savoir davantage sur les façons pratiques d’engager les jeunes dans chacune des catégories, consultez la trousse d’outils sur la mobilisation des jeunes du Centre.

Et maintenant?

Essayez de schématiser vos activités actuelles de mobilisation des jeunes et d'y réfléchir. Maintenant que vous avez une idée des différentes possibilités de mobiliser les jeunes, vous pouvez cerner vos lacunes. Quelles activités existent déjà sur lesquelles vous pouvez bâtir? Les divers organismes faisant partie de votre coalition intègrent-ils des jeunes dans leurs comités consultatifs ou leurs groupes de travail? Comment pouvez-vous encourager un plus grand nombre de jeunes à participer aux activités de votre coalition ou des organismes qui la composent? Si les jeunes sont mobilisés et représentés, est-ce que leurs points de vue et leurs idées sont considérés au même titre que ceux des membres adultes du groupe?

Créer des structures pour mobiliser les jeunes en toute sécurité

Afin de mobiliser les jeunes, votre coalition et les organismes membres doivent créer les structures nécessaires avant de commencer à intégrer les jeunes dans l’élaboration ou la mise en œuvre du plan d’action de votre collectivité pour s’attaquer au suicide chez les jeunes. De manière plus importante, vous devez vous assurer qu’il y a un filet de sécurité pour les jeunes qui sont mobilisés au sein de votre coalition.

Ressources additionnelles

Le Centre d’excellence pour l’engagement des jeunes (CEEJ) réunit l’expertise de jeunes, de fournisseurs de services, de chercheurs universitaires et de décideurs pour faire avancer les choses dans le domaine de la mobilisation des jeunes. Ce groupe d’experts vise à recenser, concevoir et mettre en œuvre des modèles de pratique efficaces permettant d’assurer la mobilisation véritable des jeunes, ainsi que pour documenter les résultats.

mindyourmind est un programme de santé mentale sans but lucratif primé qui met à contribution les jeunes, les jeunes adultes et les professionnels qui les aident à mettre au point conjointement des ressources fiables et pertinentes.

Réseau Ado est un programme de promotion et d’intervention en matière de santé mentale, destiné aux jeunes et dirigé par ceux‑ci, qui offre des services de soutien aux jeunes.

La jeunesse au coeur de l'action est une initiative nationale de mobilisation des connaissancesqui bénéficie du soutien financier du gouvernement canadien par l’entremise desRéseaux de l’initiative de Mobilisation des connaissances (MC-RCE). Nous soutenons les chercheurs, les organismes communautaires, les enseignants, les décideurs et ceux qui travaillent à l’amélioration de la santé mentale et du bien-être des enfants et des jeunes à risque.

The Jack Project est un organisme de bienfaisance qui vise à démarrer le dialogue sur la santé mentale en faisant participer les jeunes à l’élaboration et à la prestation d’initiatives de promotion de la santé mentale.

The New Mentality est un réseau de groupes animés par des jeunes de l’Ontario qui collaborent avec des organismes partenaires pour réduire la stigmatisation entourant la santé mentale dans leur communauté.

Youth Social Infrastructure Collaborative est un réseau et une communauté de pratique qui appuie des organismes de jeunesse solides, résilients et équitables en Ontario.

  • 1. Davidson, S. & Manion, I. (1996). Facing the challenge: Mental health and illness in Canadian youth. Psychology, Health & Medicine, 1, 41-56. doi:10.1080/13548509608400005
  • 2. a. b. Ramey, H., Busseri, M .A., Khanna, N., Youth Net Hamilton, Youth Net/Réseau Ado Ottawa, Rose-Krasnor, L. (2010). Youth engagement and suicide risk: Testing a mediated model in a Canadian community sample. Journal of Youth and Adolescence. 39: 243-258.
  • 3. a. b. c. Armstrong L.L. & Manion, I.G. (2015). Meaningful Youth Engagement as a Protective Factor for Youth Suicidal Ideation. Journal of Research on Adolescence DOI: 10.1111/jora.12098. 25: 20-27.
  • 4. Patel, V., Flisher, A., Nikapota, A., & Malhotra, S. (2008). Promoting child and adolescent mental health in low and middle income countries. The Journal of Child Psychology and Psychiatry, 49(3), 313-334.
  • 5. Mahoney, J. Schweder, A.& Stattin, H. (2002). Structured after school activities as a moderator of depressed mood for adolescents with detached relations from their parents. Journal of Community Psychology, 30(1), 69-86.
  • 6. Hawke, J., Hennen, J., & Gallione, P. (2005). Correlates of therapeutic involvement among adolescents in residential drug treatment. The American Journal of Drug and Alcohol Abuse, 1, 163-177. DOI: 10.1081/ADA-200047913.
  • 7. a. b. Frankl, V. E. (1984). Man's search for meaning. New York, NY: Pocket Books.
  • 8. a. b. Wong, P. T. P. (in press). Viktor Frankl's meaning seeking model and positive psychology. In A. Batthyany & P. Russo-Netzer (Eds.), Meaning in existential and positive psychology. New York, NY: Springer. Récupéré le 16 juillet 2013 de : http://www.drpaulwong.com/viktor-frankls-meaning-seeking-model-and-posit....
  • 9. Caldwell, L., & Baldwin, C. (2003). A serious look at leisure: The role of free time and recreation activities in positive youth development. In F. A. Villarruel, D. F. Perkins, L. M. Borden, & J. G. Keith (Eds.), Community youth development: Practice, policy, and research (pp. 181–200). Thousand Oaks, CA: Sage
  • 10. Kleiber, D. (1999). Leisure experience and human development: A dialectical interpretation. New York, NY: Basic Books.
  • 11. a. b. Gyamfi, P., Keens-Douglas, A., & Medin, E. (2007). Youth and youth coordinators’ perspectives on youth involvement in systems of care. Journal of Behavioral Health Services, 34(4), 382-394.
  • 12. a. b. Shen, V. & Campbell, D.A. (2006). INVOLVEYOUTH2: A guide to meaningful youth engagement.
  • 13. a. b. Barber, B. L., Eccles, J. S., & Stone, M. R. (2001). Whatever happened to the jock, the brain and the princess? Young adult pathways linked to adolescent activity involvement and social identity. Journal of Adolescent Research, 16, 429–455.
  • 14. Zeldin, S., McDaniel, A. K., Topitzes, D., & Kalvert, M. (2000). Youth in decision making: A study on the impacts of youth on adults and organizations. Madison WI: University of Wisconsin-Madison; Chevy Chade, MD:The Innovation Centre for Community and Youth Development.
  • 15. Chung, H.H. & Elias, M. (1996). Patterns of adolescent involvement in problem behaviors: Relationship to self-efficacy, social competence, and life events. American Journal of Community Psychology, 24 (6), 771-784.
  • 16. Youniss, J., McLellan, J.A., Su, Y., & Yates, M. (1999). The role of community service in identity development: Normative, unconventional and deviant orientations. Journal of Adolescent Research, 14, 248-261
  • 17. Eccles, J. S., & Barber, B. L. (1999). Student council, volunteering, basketball, or marching band: What kind of extracurricular involvement matters? Journal of Adolescent Research, 14, 10–43.
  • 18. a. b. CYCC Network (2013). Youth Engagement: Youth Engagement: Empowering Youth Voices to Improve Services, Programs, and Policy. Récupéré de : http://www.wisdom2action.org/fr/
  • 19. Linton, L., Edwards, C., Woodruff, S., Millstein, R., & Moder, C. (2014).Youth Advocacy as a Tool for Environmental and Policy Changes That Support Physical Activity and Nutrition: An Evaluation Study in San Diego County.
  • 20. Lulow, E. & Cady, D. (2012). Trauma Informed Method of Engagement for Youth Advocacy. Récupéré de : http://slidegur.com/doc/150774/trauma-informed-method-of-engagement
  • 21. a. b. Texas Network of Youth Services. (2002). Making It Work: A Guide to Successful Youth-Adult Partnerships. Récupéré de : http://4h.ucanr.edu/files/2423.pdf.
  • 22. Chovil, N. (2009). Engaging Families in Child & Youth Mental Health: Review of Best, Emerging Promising Practices. BC: The F.O.R.C.E. Society for Kids’ Mental Health.