Prendre soin des soignants

Votre travail est difficile. Mobiliser votre communauté pour s'occuper de la question du suicide chez les jeunes n'est pas une tâche facile. S'occuper de jeunes qui sont suicidaires – quel que soit votre rôle – peut être une tâche épuisante sur les plans mental, émotif, physique et spirituel.1

Pourquoi est- il important de prendre soin de soi-même?

Il faut beaucoup de compassion pour soutenir quelqu'un qui souffre. Après avoir écouté, soigné, aidé, il est parfois difficile de se débarrasser des émotions ainsi suscitées.2 Il peut s'avérer difficile de trouver un point d'équilibre entre le soutien apporté à vos clients et à votre communauté et, en même temps, vous occuper de vous-même. Vous risquez fort de mettre vos propres besoins de côté.

Très souvent, un tel stress, ressenti de manière chronique et qui s'accumule, met votre corps dans un état de déséquilibre qui peut conduire à un effet de traumatisme de transfert, de « fatigue compassionnelle » ou usure de compassion, à l'épuisement, voire même à des symptômes de stress post-traumatique. De telles conditions peuvent comprometter le travail du professionnel et peuvent considérablement affecter sa qualité de vie.2 Malheureusement, il s'agit là des risques du métier fréquents pour les professionnels de ce secteur.2 Certains professionnels en arrivent à penser qu'ils ne peuvent plus servir correctement leurs clients, et finissent par quitter leur emploi ou, carrément, le secteur des soins.2 Une telle situation peut s'avérer dommageable car nous avons besoin de toute l'aide que nous pouvons obtenir dans la prévention du suicide chez les jeunes.

Dans ce cas, pourquoi ne pas prendre soin de soi-même? Peut-être que vous n'arrivez pas à cerner exactement ce qui ne va pas. Ou peut-être pensez-vous qu'en tant que soignant, vous ne devriez pas avoir besoin d'aide. Fort probablement, à un moment ou à un autre, vous avez pensé : « je n'ai pas le temps pour cela ».

La réalité est que nous apportons une bien meilleure aide aux autres quand nous avons assez d'énergie pour le faire. C'est exactement pour cette raison qu'il faut vous occupez d'abord de vos propres besoins.1 En recentrant la priorité sur vous-même, vous permettez que les jeunes et les communautés avec qui vous travaillez reçoivent la meilleure attention possible et ce, de manière constante.

Mais comment? Heureusement, il existe de nombreuses stratégies d'autosoins. Examinez les différentes façons de prendre soin de vous en tant que soignant :1;2;3;4;5;6

Commencez par vous

  • S’occuper de soi n’est pas une option, c’est une obligation. Trouvez le temps de prendre soin de vous.
  • Pensez à votre sollicitude à l’égard des autres et rappelez-vous que vous méritez, vous aussi, la même attention.

Cultivez votre jardin

  • Faites de l’exercice. La forme physique et la forme intellectuelle vont souvent de pair.
  • Nourrissez votre organisme sainement. Assurez-lui beaucoup de repos et une bonne alimentation.
  • Respirez. Ne sous-estimez pas les bienfaits d’une bonne respiration.

Restez en contact

  • N’oubliez pas, vous n’êtes pas seul. Assurez-vous d'avoir un réseau d’entraide afin de pouvoir vous tourner vers la famille, les amis, les collègues ou une personne de confiance.
  • Les discussions encourageantes avec ceux qui comprennent ce que vous traversez peuvent vous aider à réfléchir à vos propres sentiments et à la façon dont ce que vous vivez vous touche.

Pratiquez l’introspection

  • Soyez attentif à ce que vous ressentez, à vos pensées et à ce que vous êtes en train de faire. Cela peut aider à recadrer le corps et l’esprit lors de périodes oppressantes.
  • Essayez la méditation, le yoga ou d’autres techniques simples de réduction du stress.

Prenez la mesure

  • Que pensez-vous de votre efficacité? Les outils d’autoévaluation peuvent parfois s’avérer utiles si vous voulez savoir comment vous vous en sortez.
  • Il existe des outils d’autoévaluation gratuits en ligne. Consultez la section Ressources supplémentaires pour obtenir davantage de renseignements.

Fixez les limites

  • Gardez votre rôle à l’esprit. Sachez où vous arrêter, pour que le jeune que vous aidez, lui, puisse commencer.
  • Efforcez-vous d'établir des limites claires entre travail et vie familiale.

Soyez bienveillant à votre égard

  • Vous effectuez un travail difficile. Admettez que vous ne pouvez pas tout contrôler.
  • Ne cédez pas à l’autocritique ou aux reproches personnels quant à ce que vous auriez pu faire dans une situation donnée.

Faites ce que vous savez faire

  • Qu’est-ce qui vous aide à vous ajuster quand la pression monte? Quelles sont les activités que vous aimez?
  • Gardez le cap sur des occupations saines qui vous mettent à l’aise, vous apaisent et vous rassurent quand des difficultés se présentent.

Sachez reconnaître un signal d’alerte

  • Faites attention à ce que votre corps et votre tête vous disent.
  • Par exemple, le travail vous effraie-t-il? Vous ne dormez pas? Vous vous sentez désespéré? Apprenez à reconnaître les avertissements.

Faites-vous aider

  • Vous n’êtes pas obligé de tout faire vous-même. Rencontrez un médecin ou un professionnel en santé mentale qui n'est pas concerné par la situation.
  • Demander de l’aide peut vous offrir une toute nouvelle perspective sur la réalité.

 

Quels autres éléments peuvent aider?

Outre le fait de s'occuper de soi-même, une solide formation professionnelle et une bonne supervision sont des facteurs de protection des professionnels des soins.6 La recherche souligne aussi l'importance de limiter la charge de travail du professionnel, de poursuivre une formation continue, de saisir les occasions d'apprentissage et de garder un équilibre entre l'empathie et une distance professionnelle appropriée à conserver vis à vis des clients.6

 

Ressources supplémentaires

After a Suicide Attempt: A Guide for Family and Friends est un document de l’Association Canadienne pour la Prévention du Suicide visant à aider les personnes affectées par un décès par suicide à comprendre et à explorer leurs pensées et sentiments.

L'échelle ProQOL (Qualité  de vie professionnelle) est l'outil souvent utilisé pour mesurer les résultats positifs et négatifs (par ex : l'épuisement et l'usure de la compassion) de l'aide apportée à ceux qui souffrent. 

Le guide La prévention du suicide chez les jeunes à l’école : une ressource à l’intention des équipes de leadership en santé mentale couvre les éléments clés pour assurer le bien-être du personnel (voir la section sur la prise en compte du bien-être et de l’autodétermination du personnel).

Secondary traumatic stress: A fact sheet for child serving professionals présente des stratégies de prévention et d'intervention ainsi que des techniques de développement de la résilience suite à un stress traumatique secondaire.

Self-Care Assessment Worksheet fournit un aperçu des stratégies efficaces pour pratiquer les autosoins. Après avoir complété l'évaluation, vous pouvez choisir dans chaque section un élément sur lequel vous voulez travailler activement en vue d'une amélioration.

Supporting practitioners after a client suicide or experience of trauma est un document à l’intention des cliniciens qui examine comment le suicide d'un client peut entraîner une myriade de sentiments éprouvants. Ce court rapport explique que tous les travailleurs en santé mentale doivent être préparés et disposer d'appuis en prévoyance d’une telle situation.

When Compassion Hurts: Burnout, Vicarious Trauma and Secondary Trauma in Prenatal and Early Childhood Service Providers est un document qui examine les signes et les symptômes d'épuisement, de traumatisme vicariant et de traumatisme secondaire. Même si cette ressource a été conçue à l'intention des fournisseurs de services prénatals et de services à la petite enfance, elle comporte des outils pour prendre soin de soi et des pratiques de réflexion utiles aux personnes de tous âges jouant un rôle d'aidant.